Un axe historique : de la voie royale à La Défense

Depuis le Louvre en regardant vers l’ouest de Paris, une immense perspective s’ouvre sur une dizaine de kilomètres. L’effet est particulièrement saisissant grâce aux arcs successifs qui ponctuent ce que l’on appelle parfois l’axe historique de Paris : l’arche du Carrousel, l’Arc de Triomphe et enfin la Grande Arche de La Défense.

Arc de triomphe du Carrousel
Arc de triomphe du Carrousel | © Bibliothèque nationale de France
Éventail représentant les travaux de Napoléon ier dans Paris :  l’Obélisque, l’Arc de Triomphe et la colonne Vendôme
Éventail représentant les travaux de Napoléon ier dans Paris : l’Obélisque, l’Arc de Triomphe et la colonne Vendôme | © Bibliothèque nationale de France

La voie royale

Partant de la statue équestre de Louis XIV au Louvre (juste devant la pyramide de Ieoh Ming Pei), poursuivant dans le jardin des Tuileries, puis par l’avenue des Champs-Élysées et l’avenue de la Grande-Armée, cet axe existe depuis le 17e siècle. À la demande de Louis XIV, le jardinier du roi André Le Nôtre transforme le jardin des Tuileries et l’ouvre sur une grande allée plantée, baptisée avenue des Champs-Élysées. Par la suite, d’autres aménagements ponctuent la voie royale : la place Louis-XV, appelée place de la Concorde à la Révolution française et où a été déposé l’obélisque ramené de Louxor par Napoléon Ier, ou encore l’Arc de Triomphe, construit au milieu du rond-point créé par Le Nôtre plus d’un siècle auparavant. En 1950, le choix du site de La Défense pour implanter un grand quartier d’affaires s’inscrit dans la parfaite continuité de cette voie royale.

Immeuble type Palais-Royal à La Défense
Immeuble type Palais-Royal à La Défense | © Simon Texier
Plan d’aménagement du quartier de La Défense
Plan d’aménagement du quartier de La Défense |

© Fonds Zehrfuss. Académie d’architecture/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle


La Défense : naissance d’un grand quartier d’affaires

En parallèle à l’inauguration du CNIT en 1958, la fondation de l’Établissement public pour l’aménagement de La Défense est actée le 9 septembre 1958. Son objectif est de construire sur le secteur de La Défense toute l’infrastructure nécessaire pour l’émergence d’un quartier d’affaires où se concentrent les sièges des grandes entreprises. À l’origine, le quartier devait être traversé par une grande voie rapide. Celle-ci est finalement enterrée. Elle correspond aujourd’hui à l’autoroute urbaine A14. Les urbanistes Robert Auzelle et Paul Herbé ont en effet décidé de créer une dalle – l’esplanade de La Défense – entièrement piétonne. Le quartier est “encerclé” par la N13, appelée aussi “boulevard circulaire de La Défense” et mis en service en 1971.

Ce qui est aujourd’hui le premier quartier d’affaires d’Europe semble avoir surgi de terre à une vitesse fulgurante. Jusqu’en 1958, La Défense est une petite colline située entre les communes de Puteaux, Courbevoie, Nanterre et La Garenne-Colombes. Essentiellement rural jusqu’à la fin du 19e siècle, le paysage de La Défense se compose de fermes et de champs.

C’était la banlieue parisienne qui s’était constituée depuis le 19e siècle : des quartiers de pavillons en pierre de meulière avaient peu à peu pris le pas sur les fermes et les prés. Au début du 20e siècle les premiers bouleversements sont particulièrement visibles : l’industrie textile, métallurgique et automobile gagne les coteaux ouest de la Seine, de Boulogne-Billancourt à Suresnes. Les usines et hangars remplacent les propriétés agricoles. Les pavillons de meulière s’élèvent aussi peu à peu pour loger une population ouvrière nombreuse. Celle-ci est délogée dans les années 1950 pour laisser place au grand projet de La Défense. Les maisons en meulière sont détruites au bulldozer tandis que le CNIT, puis les tours s’élèvent pour ne laisser presque plus de trace de l’histoire de La Défense.