Cinq cités radieuses en France et en Allemagne

L’unité d’habitation grandeur conforme de Marseille, dite aussi Cité radieuse, est conçue comme un prototype devant permettre de développer à plus long terme ce nouveau programme d’habitat. Après la construction de l’unité d’habitation de Marseille, quatre autres édifices sont réalisés en France et en Allemagne.

Comme un paquebot

Prévue pour 300 à 400 familles, l’unité d’habitation grandeur conforme correspond aux dimensions d’un village ou d’une petite ville. Pour sa conception, Le Corbusier a été influencé par la Chartreuse d’Ema découverte en 1907 mais aussi par les paquebots transatlantiques, dont il apprécie l’efficacité de l’organisation collective.

Coupe transversale de la Cité radieuse
Coupe transversale de la Cité radieuse |

© Fondation Le Corbusier/ADAGP

Plan de la Cité radieuse de Rezé (Nantes)
Plan de la Cité radieuse de Rezé (Nantes) |

CEDIAS-Musée social, 2017-2452


Après la construction de l’unité d’habitation de Marseille, elle devient un modèle pour d’autres édifices. L’Atelier des bâtisseurs (ATBAT) est créé à cet effet en 1947 par l’ingénieur Vladimir Bodiansky au sein de l’Atelier de Le Corbusier. Quatre autres cités radieuses voient le jour : à Nantes Rezé (1953-1955), Briey-en-Forêt (1956-1963), Berlin (1957) et Firminy (1959-1967). Mais leur réalisation s’effectue dans des conditions très différentes, en fonction des maîtres d’ouvrage, des programmes, des budgets…

Des variations par rapport au modèle initial

À Firminy, l’architecte bénéficie de l’amitié du maire Eugène Claudius-Petit, qui lui permet d’inscrire son unité d’habitation au sein d’un ensemble urbain plus vaste, dont il dessine plusieurs bâtiments (un stade, une maison de la culture et une église). A contrario, le projet berlinois se déroule dans des conditions plus insatisfaisantes. Le Corbusier y est sollicité par la municipalité dans le cadre de l’exposition internationale d’architecture, l’Interbau, mais l’exécution réalisée par un architecte local modifie le projet initial que Le Corbusier renie par la suite.

La maison de la culture de la ville de Firminy (1959-1965)
La maison de la culture de la ville de Firminy (1959-1965) | © Fondation Le Corbusier/ADAGP
Le stade de Firminy par Le Corbusier
Le stade de Firminy par Le Corbusier | © Fondation Le Corbusier / ADAGP

Des variations par rapport à la première unité d’habitation interviennent également à Nantes et à Briey-en-Forêt, où la coopérative et l’office intercommunal obligent Le Corbusier à se plier aux standards du système des HLM.