Image

Ferrures des portes latérales de Notre-Dame de Paris

Ferrures des portes latérales de Notre-Dame de Paris
Le format de l'image est incompatible

Les ferrures de Notre-Dame de Paris comptent parmi les plus impressionnantes réalisations en métal du Moyen Âge, à tel point qu’elles ont vu naître une légende à propos de leur réalisation. Le bois des portes latérales de la cathédrale est presque entièrement recouvert d’un réseau de rinceaux et d’ornements de fer (pentures et panneaux). On attribue ces ferrures au serrurier Biscornet… ou plutôt au diable.
En effet, une histoire prétend que devant l’ampleur du travail, le jeune Biscornet aurait proposé au diable l’échange de son âme contre la réalisation des portes. Les soudures des ferrures de Biscornet sont si nombreuses et si bien exécutées qu’il est impossible de déterminer leur nombre. On pensa même un temps qu’il s’agissait de fer moulé et non de fer forgé. Les deux portes latérales sont exécutées alors que la porte centrale, face au sanctuaire, n’a pas reçu de ferrures. Les superstitieux expliquèrent alors cet inachèvement par le fait que le diable ne pouvait pas se placer face au lieu le plus sacré de l’église. C’est pourquoi cette entrée sera baptisée “portes des diables” car elle repousse, paraît-il, toute tentative de fixation de ferrures.
Ce n’est qu’au XIXe siècle que le charme est rompu avec l’intervention du maître ferronnier Pierre Boulanger en 1867, dans le cadre de la restauration menée par Viollet-le-Duc. Pour retrouver la technique employée par Biscornet, Boulanger travaille pendant 12 ans. Il exécute 10 pièces pour lesquelles il utilise 500 kilos de fer. Fier de sa prouesse technique, le ferronnier a signé de son nom le dos des panneaux, pour prouver qu’il s’agit bien de l’œuvre d’un homme, et non du diable !

Mots-clés

  • Moyen Âge

© INHA

  • Auteur(es)
    Eugène Atget (1857-1927)
  • Provenance

    Service des collections de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, NUM PH 4534

  • Lien permanent
    ark:/12148/mm320201658r