Image

Les gargouilles des cathédrales gothiques

Gargouille à tête humaine à la cathédrale de Bourges
Les gargouilles des cathédrales gothiques
Le format de l'image est incompatible
Les gargouilles gothiques ont une fonction pratique autant que symbolique. Elles servent à l’écoulement de l’eau et l’éloignement du Mal. Les gargouilles sont les gardiennes des lieux sacrés. Elles sont appelées ainsi en raison du bruit que fait l’eau en coulant à l’intérieur (le gargouillement).
C’est au début du XIIe siècle qu’apparaissent des chéneaux placés sous les combles et destinés à remplacer les anciennes installations sommaires. Ces chéneaux déjà ornés de figures monstrueuses deviennent bientôt des gargouilles. Elles peuvent représenter des animaux avec une surreprésentation de lions et de chiens, ou encore des figures monstrueuses comme des dragons ou des humains surpris dans des situations de péchés (ivrognerie, situations obscènes). Car les gargouilles rappellent aux fidèles qu’ils doivent constamment se méfier du démon.
Le temps passant, les sculpteurs prennent de plus en plus de soin au travail sur les gargouilles et ces dernières, en plus de leur utilité, deviennent de véritables éléments décoratifs.
Les gargouilles ne doivent pas être confondues avec les chimères au rôle purement décoratif, comme celles que Eugène Viollet-le-Duc a installées sur la façade de Notre-Dame de Paris.
© BnF
  • Provenance
    Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EST RESERVE VE-26 (M)
  • Lien permanent
    ark:/12148/mm320202957k