Image

Grandes Chroniques de France

Louis IX et les pauvres
Grandes Chroniques de France
Le format de l'image est incompatible
C’est vers 1 250 que le roi Louis IX (connu aujourd’hui sous le nom de saint Louis) commande à un moine de Saint-Denis, Primat, un énorme travail : réaliser une chronique de la monarchie française, véritable compilation d’œuvres latines antérieures, rédigée en français, en "roman langue vulgaire parlée par les laïques, langue du plaisir et de la récréation.
Primat appelle son livre le Roman des Rois, car il s’agit pour lui de "fere cognoistre… la geste des rois". Il rétablit les Capétiens dans la droite lignée de Charlemagne, suivant en cela les préoccupations du souverain qui, au même moment, procède à la réorganisation des tombes royales dans l’abbatiale. Car les liens sont étroits entre les rois de France et l’abbaye de Saint-Denis, où sont enterrés la plupart des souverains capétiens et conservés les regalia, les insignes de la royauté : la couronne, le sceptre, l’épée, la main de justice.
Œuvre décisive puisqu’elle bénéficiait de l’autorité royale qui l’avait commandée et approuvée, le Roman des Rois fut terminé en 1 274 et offert à Philippe III le Hardi, la caution royale rendant l’œuvre de Primat authentique et lui conférant ainsi le caractère d’une vérité officielle que nul ne pouvait mettre en doute.
L’œuvre de Primat fut poursuivie tout d’abord par d’autres moines de l’abbaye de Saint-Denis, puis, à partir de Charles V, par les membres de sa chancellerie, y compris peut-être le chancelier Pierre d’Orgemont lui-même. Les manuscrits successifs de ce Roman des rois, appelé désormais les Grandes Chroniques, prolongeaient l’histoire de France jusqu’à l’époque contemporaine du copiste. C’est ainsi que, vers 1 318, les libraires parisiens conçurent une édition qui incorporait l’histoire de saint Louis, rédigée par Guillaume de Nangis et s’achevait en 1 270. Vers 1 350, en même temps qu’une révision globale, l’histoire fut continuée jusqu’au règne de Philippe VI.
© BnF
  • Date
    XIVe siècle
  • Provenance
    BnF, département des Manuscrits, Français 2 813, fol. 288v
  • Lien permanent
    ark:/12148/mm320202267r