Image

Les matériaux employés dans l’architecture gothique

Carnet de dessins de Villard de Honnecourt
Les matériaux employés dans l’architecture gothique
Le format de l'image est incompatible

Par la force des choses, l’architecture gothique est une architecture d’économie des matériaux. À partir du 12e siècle, le manque de bois dû à la déforestation massive des siècles précédents commence en effet à se faire sentir. Seule l’ampleur de l’édifice justifie que l’on ait consacré 21 hectares de chênes à la charpente de Notre-Dame de Paris, mais le plus souvent le bois est un matériau que l’on économise.
Les multiples incendies expliquent également l’utilisation accrue de la pierre. Mais ce matériau lui-même est utilisé de façon plus raisonnée. En effet, les structures sont moins massives et plus légères. De plus, les pierres sont de plus en plus souvent taillées directement dans les carrières, réduisant ainsi le volume nécessaire. Progressivement, les pierres nécessaires adoptent une taille standard, de plus en plus réduite.
Le verre est utilisé dans la fabrication des vitraux. Obtenu en portant à haute température un mélange de sable de rivière et de cendres de fougères et de hêtres, il provient de verreries installées à la lisière des forêts.
Le fer, quant à lui, reste un métal rare dont on doit prendre grand soin. Au 13e siècle, il est surtout utilisé pour les outils, ainsi que pour les serrures et les ferronneries. Puis progressivement, il intervient dans la consolidation des structures de bois et de pierre (avec des pièces comme des chaînages, des agrafes et des tirants métalliques).

Mots-clés

  • Moyen Âge

© Bibliothèque nationale de France

  • Auteur(es)
    Croquis et dessins au crayon et à l’encre par l’auteur
  • Description technique
    Modèles de charpente - Lanterne sourde, Parchemin, 33 feuillets, 232 × 152 mm. Reliure cuir, en forme de portefeuille
  • Provenance

    BnF, département des Manuscrits, Français 19093, f. 17v

  • Lien permanent
    ark:/12148/mm3202023502