Retour vers Travaux publics

Focus

Les ouvrages d’art vus par les artistes

La Tour de Babel
La Tour de Babel | © Kunsthistorisches Museum, Vienne (Autriche)

La tour de Babel ou la démesure

Gigantesques voire démesurés, audacieux, souvent innovants, les ouvrages d’art sont un sujet de choix pour les artistes : ils figurent, comme décor ou sujet principal, sur de nombreux dessins, tableaux ou photographies.
Avec sa tour de Babel, Brueghel l’ancien peint un bâtiment démesuré dans lequel se nichent des centaines d’artisans en plein travail. Avec cet édifice, les hommes voulaient atteindre le ciel et ainsi égaler Dieu. Pour les punir, ce dernier les fit parler dans des langues différentes, les empêchant de communiquer. La tour ne fut jamais terminée, mais la légende montre que pour bien construire, il faut pouvoir se parler !

Les nécessaires destructions
Les nécessaires destructions |

© Bibliothèque nationale de France

Le Paris d’Haussmann : le chantier comme sujet

Le chaos d’un vaste chantier peut aussi attirer l’œil d’un photographe. Charles Marville prend pour sujets les trouées et les gravats du chantier haussmannien, avant que n’apparaissent les larges avenues et les alignements d’immeubles du nouveau Paris.

Le Pont de l’Europe
Le Pont de l’Europe |

© Musée des Beaux-Arts, Rennes

Le pont en métal, une silhouette nouvelle

Gustave Caillebotte, peintre du 19e siècle lié au groupe des impressionnistes, privilégie les sujets et les paysages urbains. Ici, c’est un nouveau pont, construit grâce à la technique récente de l’architecture de fer, qui intéresse le peintre : l’ouvrage impose sa silhouette moderne et structure le tableau grâce à ses lignes de fuite.

La Tranchée avec la montagne Sainte Victoire, de Paul Cézanne
La Tranchée avec la montagne Sainte Victoire, de Paul Cézanne |

© Munich, Staatgemaldesammlungen.

Un paysage transformé par l’homme

En 1870, Paul Cézanne peint La tranchée avec la montagne Sainte-Victoire. Le peintre représente une tranchée creusée dans une colline, à l’occasion de la construction de la ligne de chemin de fer Aix-Rognac. Le sujet est surprenant pour l’époque : il ne s’agit pas d’un paysage naturel, mais d’un lieu transformé par la main de l’homme et par les progrès de la technique. La tranchée rouge sombre contraste avec les couleurs de la nature et s’impose comme le point central du tableau.

Le peintre dans la Tour
Le peintre dans la Tour |

© ADAGP 2009, pour l’œuvre d’Henri Rivière

L’homme et son ouvrage

Face à un ouvrage d’art, qu’il s’agisse d’un pont, d’un barrage ou d’un édifice de grande taille, l’homme semble minuscule, mais aussi tout-puissant, puisque l’édifice est son œuvre.
Dans ses 36 vues de la tour Eiffel, Henri célèbre les hommes qui ont réalisé la tour, en représentant les différents corps de métier au travail. Le peintre accroché à un fragile filin est au centre de la structure métallique.

Le pont de Brooklyn par Michael Kenna
Le pont de Brooklyn par Michael Kenna |

© Michael Kenna

Un angle de vue différent

On reconnaît la silhouette du pont suspendu de Brooklyn à ses piles maçonnées, ses câbles et ses suspentes verticales. Mais ici le photographe Michael Kenna en photographie le tablier vu d’en dessous, réduisant presque l’ouvrage à une ligne épurée filant vers la presqu’île de Manhattan.