Image

Introduction des chiffres arabes en Occident

Introduction des chiffres arabes en Occident
Le format de l'image est incompatible

Au 11e siècle, on utilise toujours les chiffres romains, qui rendent les opérations très complexes à poser par écrit. Il faut en effet passer par une représentation physique de l’opération, et remplacer les unités, dizaines, centaines, etc., par des jetons alignés. Pour contrer cette difficulté, Gerbert d’Aurillac (938-1003), savant et mathématicien devenu pape en 999 sous le nom de Sylvestre II, conçoit un “abaque”, instrument mécanique facilitant le calcul, utilisant une notation très proche de celle des chiffres arabes.
C’est à cette occasion qu’il introduit en France le zéro, avec la notation qu’on lui connaît “0”. Mais son invention est peu diffusée, et seules quelques abbayes l’utilisent. C’est seulement aux 12e et 13e siècles que le zéro sera réellement diffusé et utilisé en Occident. Les développements de l’imprimerie et de la typographie finissent alors par généraliser l’emploi des chiffres arabes et du zéro, et par stabiliser sa notation.

Mots-clés

  • Moyen Âge

© BnF

  • Auteur(es)
    Tabit ibn Qurrah al-Sabi, Abu al-Hasan (083.?-0901)
  • Provenance

    BnF, Manuscrits occidentaux, LATIN 11249

  • Lien permanent
    ark:/12148/mm320202112t