Retour vers Centre culturel Tjibaou, Nouméa

Focus

“Des cases presque kanakes”

Les bâtiments du centre culturel Tjibaou, à la forme évoquant les cases traditionnelles, sont regroupés en trois secteurs qui rappellent l’organisation des villages kanaks le long d’une allée centrale. Chacune des cases est affectée à une fonction et prend un nom issu d’une des langues kanakes.

Bibliothèque du Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou
Bibliothèque du Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou |

Fondazione Renzo Piano

Intérieur du musée
Intérieur du musée |

ADCK - Centre Culturel Tjibaou et Fondazione Renzo Piano


Vue d'un espace intérieur du Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou.
Vue d'un espace intérieur du Centre Culturel Jean-Marie Tjibaou. |

Fondazione Renzo Piano

Au nord-est, le premier groupe rassemble quatre “cases” : Bwenadoo (“rassemblement coutumier”), Jinu (“esprit”), Kanaké (un ancêtre mythique), Pérui (“rencontre”) et des salles exposant et expliquant la culture kanake. Séparés par la galerie, des salles d’exposition et un auditorium à demi enterré sont construits dans un style plus “occidental”.

Le deuxième groupe, ou “village 2”, accueille un centre d’art contemporain et une médiathèque en trois “cases”.

Une case commune d'hommes aux Nouvelles Hébrides
Une case commune d'hommes aux Nouvelles Hébrides |

Bibliothèque nationale de France

Le troisième groupe, ou “village 3”, réunit les quatre dernières ”cases”, essentiellement destinées aux activités pédagogiques. On trouve aussi les bureaux et locaux techniques.